Sang bleu, Sang noir

 

 

Bleu, noir, blanc,

Il y eut la fusion des sangs ;

 

Puis la nuit originelle

Replia ses ailes

Sur l’azur pâle

Du huis-clos prénatal.

 

A l’hôtel Dieu

Hospice glorieux

Naquit enfin

L’orphelin .

Petit d’homme

Fils de Personne.

 

Né de paires inconnues,

D’un Ulysse au long cours

Emmanché d’un long… Qui court

Après les sirènes à beau cul…

 

Au Palais de la femme

Foyer des filles mères

Et salut des âmes

On accueille la mère

Et le bébé pas Cadum.

Crésyl, néon, linoléum,

C’est le pallas

Des rescapés de la DASS.

 

Blanc comme nègre,

Bâtard affublé d’une particule,

Avant que le mioche n’articule

Il est banni de la Haute…

Pègre.

 

 

Mêlé au sang pur,

Le sang impur

Du négrillon,

Abreuve les sillons

D’une lignée de châtelains

Propriétaires terriens ;

 

Sang bleu ne doit faillir :

L’ignoble

Dans le noble

Il faut l’occire :

 

Lutte des classes !

Lutte des races !

L’errance

Du lointain triangle reprend…

 

Indifférent aux différences,

Le sang mêlé de Francs,

D’Africains,

Et d’Indiens ;

L’ange,

Le basané blasonné

S’en fout, entre deux tétées

Il chie dans ses langes.

 

Un détective enquête

Et retrouve à Londres la trace

Du père noir putatif en quête

De femelles -blanche- de race.

 

A l’insu des concernés

La reconnaissance de paternité

Echoue pourtant :

Pas moyen de noircir le nom blanc,

De changer le nom d’aristo

En celui du nègre prolo !

 

Le descendant d’esclave reste Maître

De son identité, de ses quartiers et de   ses lettres.

 

Chez sa nourrice,

Un fils de charbonnier

Vient demander au petit métis

La main de sa mère.

A la vue de ce père,

Il prend la sienne

Et la fait sienne.

 

Mais à l’âge des blouses

Usant les bancs,

Ils perdent l’épouse

Et la maman.

 

Noble

Dans l’ignoble

Qui pousse une mère au sacrifice

Pour son fils.

 

Mais dans « mourra » il y a amour,

Et dans la moire,

De la nuit mêlée au jour

Ondoie l’insurrection du bâtard.

 

Ruse de la raison ?

Il est le dernier rejeton mâle de la branche aînée

A porter le nom

De cette lignée

Descendant du croisé Eustache de Grenier

Comte de Sidon, et seigneur de Césarée.

Ultime paradoxe :

Son ancêtre d’Outre-mer était un baron venu d’Ecosse.

 

Quant au divers,

Uni

en lui,

Tel un impératif catégorique braquant un revolver

contre une possible guerre,

le déclassé revendique cette violence :

le droit à la ressemblance !

 

Rouge est le sang du noir,

Rouge est le sang du jaune,

Rouge est le sang du blanc.

 

Patrick Grenier de Lassagne/Tous droits réservés. Editions Du goudron & des plumes